Charade dans le rétro #51

Performants sur deux comme sur quatre roues (3/3)

Troisième et dernier volet sur les pilotes ayant couru à Charade en auto et en moto, durant la période du long tracé de 8,055 km, entre 1958 et 1989.

 

  • Denis Dayan (F): le 2 juin 1963 voit ce Normand pour la première fois à Charade, sur deux roues, en ouverture de la course des 50 Nationaux lors du Grand Prix de France moto. Après un 4e temps aux essais, au guidon de sa Ducson #16, il termine au même rang d’une course gagnée par le local André Fargeix (Itom). Il retrouve cette piste en juin 1966  lors des Trophées d’Auvergne pour la course de R8 Gordini (1e saison de la Coupe nationale) et termine 6e (#14) d’une épreuve emportée par Jean-Claude Andruet. En 1969, sur une Grac MT6 #3, après un 2e temps aux essais derrière l’Alpine victorieuse d’Alain Serpaggi, il s’accidente au 6e tour de la course de Formule France lors du week-end du Grand Prix de France F1. Il disparaît le 2/7/1970, à 27 ans, quelques jours après la course de F3 à Rouen où son ami clermontois Jean-Luc Salomon se tua. Aux portes de la F1, tous deux étaient sur la trajectoire d’un bel avenir sportif.
  • Claude Vigreux (F): il découvre Charade le 16 mai 1964 dans le cadre du Championnat du monde moto et la course des 50 Nationaux dont il finit 2e sur Kreidler derrière Gilles Rosemon-Popp sur Derbi. En 1966, sur Morini, il décroche la 8e place du Grand Prix 250, course dominée par Mike Hailwood (GB), nouveau héros de Charade sur la fabuleuse Honda six cylindres. Parallèlement, en auto, il devient lauréat du Volant Shell 1965 à Magny-Cours et s’aligne en 1966 sur une Matra Ford MS5 dans les courses de Formule 3. Ce surdoué n’a, semble-t-il, pas piloté en auto sur le 8 km. Les attentes tellement fortes ont fait de lui un champion avant la lettre. Jouant sur deux fronts (auto et moto), on aurait pu le voir s’inscrire à la course de F3 Inter en 1965 ou 67 aux côtés des Beltoise, Depailler, Jaussaud, Offenstadt et autres ténors de la discipline. Il aurait eu sa place s’il ne s’était pas tué en moto le 30/4/1967 à Mettet (Belgique), à 23 ans, sur une Rickman Metisse Matchless 500.
  • Jo Siffert (CH): connu pour ses nombreuses victoires en Sport prototype/Endurance sur les Porsche 917 Gulf de John Wyer et sa rivalité avec Pedro Rodriguez, pilote mexicain coéquipier et rival, le sympathique helvète a goûté à Charade pour la première fois le 17 mai 1959 en side-car (#) lors du 1er Grand Prix de France moto couru ici. Coéquipier de son compatriote Edgar Strub sur un attelage BMW, le « singe » au casque rouge à croix blanche permet au tandem de monter sur la 3e marche du podium. On le retrouve ensuite sur cette piste à trois reprises pour les Grands Prix de France F1 de 1965 (ACF), 1969 et 1970 avec les résultats suivants : 6e sur Brabham BT11 #36, 9e sur Lotus Ford 49B #3 et abandon au 24e tour (accident) sur March 701B  #12. Dates auxquelles s’ajoutent quelques jours de juillet/août 1966 pour le tournage de séquences du film « Grand Prix » par la Metro Goldwyn Meyer. Il se tue le 24/10/1971 dans une course de prestige en Angleterre.
  • Paddy Driver (Af. du Sud): globe-trotter venu des Antipodes, il découvre Charade en mai 1959 pour le GP de France moto (6e/500 et 5e/350 sur Norton). 1960 (4e/500 et 5e/350 sur Norton). 1961 (court en 125 et 250 sur Suzuki). 1962 (court en 125 sur EMC #55). Auto : 1963 (9e/Formule Junior sur Lotus Ford #50). Il pilota en F1 de 1963 à 1972 mais jamais à Charade.

Guy Lemaître/Agissons pour Charade

Contact

Vous souhaitez plus d’informations ?
Nous sommes à votre écoute pour répondre à vos enjeux