Charade dans le rétro #45

« En rouge et jaune… » Inoubliable cheval cabré !

Ferrari naquit dans le jaune. Cependant on lui associe généralement le rouge. Quelle qu’en soit la couleur, la marque de Maranello brille de mille feux sur toutes les pistes et dans tous les registres (rallye, endurance, F1). Charade fait partie de ce décor sportif. On se souvient des véloces 250 GT et 750 Monza (années 58 à 63) lors des Trophées d’Auvergne ou de la Testa Rossa de Lorenzo Bandini victorieuse des 3 Heures d’Auvergne le 7 juillet 1963 ou des 365 P2 et 250 LM des Anglais David Piper et Richard Atwood en 1967. Idem des prestigieuses 250 GTO et Daytona 365 GTB4 inscrites régulièrement à ces courses ainsi qu’au Tour de France automobile puis au Tour Auto contemporain. Arrivent ensuite les Formules 1 312 B et 312 B2 lesquelles, entre les mains expertes du pilote belge Jacky Ickx ont séduit lors des Grands Prix de France 1970 et 1972. Enfin le 1er octobre 2023, Charade Classic « Italiennes » comprend une parade qui regroupe une trentaine de Ferrari sportives.
Enfin, émotions intenses avec les inoubliables sport-prototypes 512 M de cinq litres de cylindrée.  Evolutions de la 512 S en 1970, elles pouvaient atteindre les 340 km/h. Racées, puissantes (630 cv) et un V12 rugissant ont façonné l’histoire de ces « bêtes » créées en Endurance pour défier les irréductibles Porsche 917. Deux exemplaires ont découvert l’asphalte de Charade : en 1971 et 2023.
Pour leur seul passage sur le Circuit de montagne d’Auvergne, toutes deux ont marqué les esprits. Que ce soit la jaune à bandes vertes Tergal et rouges de l’Escuderia Montjuich (#142) ou bien la rouge (#251) de son pilote-propriétaire fidèle des courses historiques organisées par Peter Auto. La première disposait du châssis #1002. Elle termine 2e aux 1000 KM de Paris 1970 (Montlhéry) et 2e du Tour de France automobile 1971 dont une victoire à Charade. On la retrouve bien des années plus tard dans les courses historiques entre les mains de gentlemen drivers successifs : Robert Horne,  Dieter Roschmann ou Carlos Monteverde. En 2016, elle « s’illustre » dans une petite rue au cœur de Londres affublée d’un PV pour stationnement gênant à proximité du siège de Fiskens, société de vente de voitures de prestige qui réalisait quelques photos de la belle ! Il semblerait que ces dernières années, une copie ait vu le jour pour préserver l’originale estimée à 13 millions d’€.
Lors de l’étape de Charade du Tour de France automobile, le 24 septembre 1971, Jean-Pierre Jabouille met plus d’une minute aux Matra MS650 de Larrousse et Fiorentino sur l’ancien tracé de 8,055 km. Il était associé à José Juncadella (propriétaire) et Jean-Claude Guénard. De son côté, la deuxième, la rouge de « Mr John of B » semble être une superbe réplique « maison », de l’aveu de son pilote. Le jeudi 20 avril 2023, elle a ravi le public du Tour Auto Optic 2000 sur la boucle de quatre kilomètres du Charade moderne jusqu’à ce qu’elle parte en vrille entre l’épingle Marlboro et l’entrée de la courbe de Thèdes, roue arrière gauche explosée : course terminée puis abandon.
Plus d’un demi-siècle sépare ces deux courses.  Et la magie opère toujours… en rouge et jaune.
Guy Lemaître/Agissons pour Charade

Contact

Vous souhaitez plus d’informations ?
Nous sommes à votre écoute pour répondre à vos enjeux